Pour d'autres news, suivez moi sur Twitter RSS FaceBook

mardi 25 mai 2010

Retour sur cette saison 2009/10


Passé la déception de cette élimination aux portes de la finale suprême, je vous propose un petit retour sur cette saison qui s'est avérée beaucoup plus longue que prévue.

Première constatation, le Canadien a terminé à la 3ème place du championnat 2009/10, ce qui est assez exceptionnel en tenant compte des vaches maigres de ces dernières années. Beaucoup d'entres-nous auraient d'ailleurs sans doute signé pour ce résultat en début de saison. La qualification pour les séries a elle-même été laborieuse puisqu'elle s'est jouée dans les dernières rondes et que rien ne laissait présager ce parcours exceptionnel des Habs.

Il est vrai que cette équipe du Tricolore laissait une grande place à l'inconnue au mois d'octobre passé. Les mouvements de l'été avaient impliqué de gros joueurs, avec les départs de Kiovu, Kovalev ou encore Komisarek, mais la venue de Gomez, Gionta et Cammalleri. Des gros calibres qui ont confirmés pendant la saison que les transactions initiées par Bob Gainey étaient des plus judicieuses et offrent une bonne ossature pour la futur. Rajoutez à cela l'explosion de Plekanek en saison régulière et une défensive qui n'a cessé de gagner en constance et on comprend un peu mieux le parcours des Habs.

Bien sûr on a le sentiment que les Glorieux auraient pu aller plus loin, ils ont en eu l'occasion. L'équipe n'a pas eu le rendement qui aurait dû être le sien lors de cette finale contre les Flyers, trop de joueurs n'ont pas livré la marchandise, fatigués on dira, pour ne pas chercher plus loin. Les unités spéciales n'ont pas non plus été à la hauteur et l'attaque s'est reposée sur Cammalleri et Gionta, bien trop peu pour espérer passer l'épaule.

Je reviendrai tout au long de l'été sur le cas des joueurs en particulier, au gré des transactions et autres prolongations ou non de contrat. Place maintenant à cette finale que la coupe Stanley qui s'annonce plus serrée qu'il n'y parait et que nous regarderons certainement tous avec un petit pincement au coeur.